E.H.P.A.D
Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes.

 Imprimer cette page


 

Projet d’animation à « l’orée des pins »

EHPAD Intercommunal de Neung sur Beuvron


 

I/ Introduction

Dénigrée, souvent décriée,  l'animation doit être désormais considérée à sa juste valeur, au même titre que tous les soins apportés au résident, que  ce soit pour  son bien- être, sa santé, son alimentation, son hygiène. C'est  un élément indispensable pour la qualité de  vie des résidants hébergés en établissement, quel que soit le statut de celui-ci.

Les objectifs : Maintien du lien social et Qualité de Vie 

A cette fin, l'animation doit être régulière et permanente, elle doit faire partie de la vie.

L'éventail des propositions est vaste. Elles doivent être adaptées, tout d'abord en fonction du public auquel on s'adresse, du niveau des possibles, de l'autonomie, mais aussi en fonction de la politique souhaitée par le directeur de l'établissement, des moyens financiers et matériels mis à disposition,  de la structure , de la disponibilité et de la motivation du personnel. 

L'animation est basée essentiellement et avant tout sur le relationnel.  

La qualité des relations entre les animateurs avec l'équipe de soins et les résidants est le facteur majeur pour le succès de la mise en place des différentes activités. Tout se déroule grâce à la confiance des résidants envers les responsables de l'animation, sachant que leur intégrité et  leur personnalité seront respectées et que leur handicap, leur état de santé physique ou psychique  sera pris en compte afin de ne jamais les mettre en situation d’échec. 

Les échecs sont des tremplins, ils ne sont jamais négatifs, ils permettent de réfléchir à nouveau, pour se remettre en question, pour analyser, comprendre, réajuster et recommencer…

II/ L’animation

L’animation est certainement le meilleur moyen pour redonner sa place d’individu au résident.

L'animation est un état d'esprit qui doit être partagé par tous. Elle doit privilégier la relation, permettre de maintenir un quotidien de qualité pour tous les résidants et détecter les éléments qui permettent à la personne âgée de faire face à l'institution.

L'animation est constituée d'un ensemble d'actions dont les objectifs sont les suivants :

-Favoriser le lien social : créer ou entretenir des relations entre les personnes au travers d'activités afin de rompre l'isolement et la monotonie, d’apprendre à se découvrir, découvrir les autres et trouver des intérêts communs.

 

-Maintenir une certaine activité intellectuelle et manuelle, afin de préserver et de maintenir un niveau d'autonomie.

 

-Permettre l'expression des capacités créatives : prouver à chaque résident

qu'il est encore capable de faire des choses en maintenant une certaine dextérité.

 

-Garder une ouverture sur la vie, ne pas avoir la sensation d'être inutile.

 

-Susciter l'envie de participer à des activités – animations. La vie en institution est la continuité de la vie, les activités proposées doivent être le reflet du projet de vie individuel a travers leurs activités antérieures.

 

-Le respect d'un principe simple : proposer sans jamais imposer.

 

Les animateurs actuellement présents dans l'établissement, organisent et coordonnent différentes animations : divers ateliers, sorties, évènements.

 

L’animation peut se décliner sous forme d’activités proposées par les animateurs ou d’autres intervenants (les soignants, les bénévoles), mais c’est surtout sous cette forme « d’état d’esprit » qu’elle permet de maintenir,  la qualité des relations et des échanges : cette « animation au quotidien » consiste à véritablement « mettre de la vie » lors de chaque contact, que se soit au moment des repas, des couchers ou des levers, des toilettes, des soins et de tous les échanges afin d’entretenir la qualité de la vie à l’intérieur de l’Etablissement. Comme quoi toute l’équipe est acteur de l’animation.

 

III/ LE PROJET D’ANIMATION

 

1. Philosophie du projet d’animation

L’homme est un être en devenir jusqu’à son dernier souffle et le fait de devoir achever sa vie en institution ne doit pas le priver de toute référence à un avenir si court soit-il. Cet avenir ne peut s’inscrire que dans un champ relationnel qui permet l’expression de la demande, l’émergence du désir et donc la poursuite de la vie.

C’est à travers des activités librement choisies, non infantilisantes et s’inscrivant dans la continuité de l’histoire de vie de chacun que pourra exister en tant qu’homme, le vieux qui doit finir sa vie en maison de retraite.

Le projet d’animation doit donc proposer à chacun des activités compatibles avec son état de manière à ne jamais faire naître un sentiment d’échec déjà fortement perçu lors de la réalisation des actes de la vie quotidienne.

Ses objectifs sont multiples :

-Il doit convaincre chacun des capacités d’échanges et d’action qui demeurent malgré la dépendance.

-Il doit permettre de conserver à chacun une image positive de soi.

-Il doit permettre le maintien de liens sociaux forts tant dans la structure qu’avec la société.

-Il doit permettre, en préservant une image positive, de maintenir les liens familiaux dans leur cadre traditionnel ( le parent restant à sa place de parent, sujet de sa vie et libre de ses choix).

-Il doit permettre l’exercice de la citoyenneté en garantissant le droit à l’information et à la participation à la vie institutionnelle et locale.

-Proposer des divertissements.

-Maintenir une autonomie adaptée et respectueuse.

 

Partant de ces principes, nous devons considérer que l’animation est une philosophie qui traverse les actions de la structure à chaque instant. Parce qu’elle est la seule proposition de vie réellement acceptable. On ne vit ni pour se soigner ni pour se laver, mais on accomplit ces actes essentiels de la vie pour prendre part à la vie sociale, pour être capable de conserver des liens avec les autres hommes, afin de rester acceptable dans leur compagnie.

 

 

Toutefois, il ne faut pas confondre l’animation et la qualité des échanges au cours d’un accompagnement qui ne devra jamais être considéré comme un moment de vie sociale. Si mon état implique qu’un soignant me lave, et si le fait qu’il me parle pendant ce soin prouve qu’il me considère comme humain, cet échange ne me suffira pas pour investir ma vie et ne me fera pas oublier ma situation de dépendant même s’il en atténue l’inconfort.

On a trop pensé par le passé, que pour faire bonne figure aux moyens offerts à l’animation, il suffisait d’affirmer que dire bonjour est de l’animation. Aujourd’hui il faut mettre les choses au point : dire bonjour, c’est de la politesse, ce n’est pas de l’animation.

 

2. La place des animateurs.

Le constat réalisé plus haut nous conduit à affirmer que l’animation n’est pas le domaine réservé de l’animateur, mais que chacun, dès lors qu’il participe au système relationnel en place, a son rôle à jouer quelle que soit sa fonction. Par ailleurs, l’animation est le moyen pour chacun des intervenants de placer sa relation à la personne prise en charge dans une autre dimension où le soin n’est plus évoqué, mais qui fait toute la place à la relation humaine.

Avant d’être une action particulière, elle est une façon de mettre en œuvre les actions.

Mais pour avoir le droit d’être appelées animations, ces actions doivent avoir un sens par rapport aux objectifs définis.

La place des animateurs est essentielle, en considérant qu'ils ne doivent pas être les seuls à réaliser toute l’animation de la structure. Leur travail consistera surtout à coordonner les actions, les planifier, les orienter et les évaluer pour qu’elles restent toujours pertinentes et en adéquation avec les souhaits des résidants.

 

Les animateurs auront donc pour mission :

 

-D’animer la commission d’animation en garantissant la régularité des réunions et la participation des usagers.

-De favoriser l’implication de l’ensemble de l’équipe en confiant la réalisation de micro projet à des membres de l’équipe volontaires après leur avoir donné les moyens de mettre en œuvre leurs idées.

-De gérer les matériaux acquis pour l’animation.

-De coordonner les interventions des différents services mis à contribution lors d’une activité ( ex : cuisine pour les anniversaires et les fêtes )

-De garantir la diversité des animations pour que chacun y trouve un intérêt et que la participation aux activités ne soit pas source de discrimination ni d’exclusion.

-De garantir la qualité des actions mises en place qui ne doivent être ni infantilisantes ni ridicules.

-D’élaborer un programme d’animation qui se déclinera en activités annuelles, mensuelles et hebdomadaires.

-D’assurer la publicité de ce programme auprès des résidants et des familles qui pourraient être invitées à participer à certaines actions, en rendant public le calendrier des activités et en rappelant le programme du jour par affichage, annonce ou rappel individuel.

-De développer les partenariats avec les associations de bénévoles, établissements scolaires et autre Maison de retraite (comme c’est le cas actuellement).

 

Ces fonctions seront assumées avec le soutien et la collaboration de la Direction.

Les animateurs et la Direction établiront annuellement un rapport qui permettra de construire le programme de l’année suivante à partir des observations faites et des évaluations.

 

3. Contenu du programme d’animation

L’animation est l’un des outils essentiels pour donner du sens au projet de vie individuel et doit procéder d’un engagement de toute la structure. Le projet d’animation doit avoir pour objectif de permettre à chacun de garder une place dans la société des hommes jusqu’au bout de sa vie et de lui garantir son accès à la citoyenneté.

Le contenu du programme d’animation doit donc permettre de répondre aux objectifs.

 

Convaincre chacun des capacités d’échanges et d’action qui demeurent malgré la dépendance.

 

-Maintenir une autonomie adaptée et respectueuse.

Pour cela le projet d’animation prendra en compte la parole des résidants au travers de groupes de parole, d’ateliers mémoire, de la réalisation d’un journal, du recueil des histoires de vie. Chaque fois que possible un temps de parole sera prévu après une activité pour recueillir et consigner par écrit les réflexions des participants. Ces écrits feront l’objet d’une communication dans l’établissement et aux familles.

Des ateliers recouvrant divers types d’activités de la vie quotidienne sont déjà mis en place de manière régulière pour maintenir la continuité du sens : ateliers cuisine, jardinage, travaux manuels, jeux de société.

La valorisation de l’expérience, le partage des savoirs seront développé dans le cadre de rencontres intergénérationnelles, mais aussi par la mise en place d’ateliers d’écriture.

 

-Permettre de conserver à chacun une image positive de soi.

Un atelier de gymnastique douce et yoga fonctionne déjà dans l’établissement. Ses activités devront être développées et étendues à une population plus importante.

Des actions de bien-être sensoriel seront proposées aux personnes qui ne disposent plus d’accès à la communication verbale de manière à ce qu’elles puissent conserver une relation positive à leur corps. (Massage, espace snozhelen, manucure et pédicure)

Si de nombreuses compétences peuvent être trouvées au sein de l’équipe grâce à la richesse des personnalités qui la composent, des intervenants extérieurs seront sollicités pour mettre en place des ateliers plus spécialisés.

 

-Maintenir les liens familiaux dans leur cadre traditionnel

(Le parent restant à sa place de parent, sujet de sa vie et libre de ses choix)

 

Le projet d’animation mettra en place des projets destinés à favoriser les échanges entre les résidants dans le cadre de petits groupes. C’est ainsi que seront proposés des sorties, des visites à l’extérieur, des repas, mais aussi un temps d’accueil et de présentation pour les nouveaux arrivants.

Plusieurs fois par an, l’établissement organisera des rencontres dans le cadre des partenariats établis avec les associations et les écoles. Ces rencontres seront préparées afin que les résidants puissent recevoir leurs invités et non subir une activité incomprise.

Une journée porte ouverte organisée chaque année en partenariat avec l’Association des familles, du personnel et résidants, permettra d’ouvrir l’établissement aux visiteurs de la commune et de la Sologne des étangs qui pourront ainsi prendre connaissance des réalisations des ateliers.

L’établissement organisera dans ses locaux des évènements (expositions, concerts, conférence) ouverts au public.

Les occasions de rencontres festives avec les familles seront développées.

Les familles seront invitées à certaines manifestations et associées à leur mise en œuvre.

 

-Permettre l’exercice de la citoyenneté en garantissant le droit à l’information et à la participation à la vie institutionnelle et locale.

Les informations concernant la vie et l’organisation de l’établissement seront régulièrement communiquées aux résidants et expliquées lors de rencontres d’informations.

Le journal de la « Nouvelle République » est à disposition des résidants, un temps d’aide à la lecture des informations qu’il contient est proposé régulièrement le matin à 11heures dans un petit salon.

Les évènements importants de la vie publique seront annoncés et pourront faire l’objet d’une discussion si les résidants le souhaitent.

L’établissement veillera particulièrement au recueil de l’avis des résidants chaque fois que nécessaire et s’assurera que les droits, notamment celui de disposer d’un minimum d’argent, soient respectés. Il proposera au résident la possibilité d’effectuer par lui-même certains achats et donc d’exercer son droit de disposer de son bien.

 

-Proposer des divertissements et créer une ambiance festive à l’occasion des fêtes.

L’établissement permettra que des activités sans autre but que de divertir les résidants soient proposées régulièrement soit dans le cadre de partenariat, soit par l’achat de spectacle.

Les animateurs veilleront à ce que la décoration dans l’établissement permette de créer une ambiance festive identique à celle que l’on trouve à l’extérieur lors des fêtes du calendrier, afin de favoriser le maintien des repères temporels et d’éviter le sentiment de rupture et d’exclusion de la vie sociale.

L’ensemble de ces actions seront soumises à la commission d’animation, au conseil de la vie sociale. Elles seront régulièrement évaluées  pour répondre aux souhaits formulés par les résidants.

Par ailleurs, pour chaque atelier, une fiche de suivi sera établie afin de favoriser la communication avec l’équipe et de pouvoir intégrer les projets d’animation aux projets de vie individuels.

 

Conclusion

Le projet d’animation est un atout important pour l’établissement. C’est à travers lui, et donc une nouvelle qualité de rapports humains cultivée par toute une équipe, que l’établissement se donne une âme et donne du goût aux années ou plus simplement aux jours de ceux qui viennent y achever leur vie.

Donner de la vie aux jours et non des jours à la vie.

 

Montaigne disait « si nous avons besoin de sage femme à nous mettre au monde, nous avons bien besoin d’un homme encore plus sage pour nous en sortir. »

 

 

FICHE PROJET : Animation

Objectif : Finalisation du projet d’animation

Actions

Responsables

Moyens à mettre en œuvre

Date de début

Date de fin

Indicateurs de résultat

Travail en équipe / atelier / sensibilisation de l’ensemble des équipes au projet

Animateurs

Direction

Temps à disposition / groupes de travail

Janv 2010

Juin 2010

Projet finalisé, professionnels impliqués,

Fiches d’évaluation

Animateurs

Relecture et bilan

Juin 2010

 

Fiches et relectures opérationnelles et synthèses

 


Annexe 1

CHARTE DE L’ANIMATION EN GERONTOLOGIE 

 

Chapitre 1 : L’animation en gérontologie

 

            Article 1 : Spécificités

                        L’animation en gérontologie est issue à la fois de l’éducation populaire et de l’approche des adultes âgés.

                        Elle contribue au respect des valeurs individuelles et collectives, en prenant en compte l’environnement.

                        Elle individualise les pratiques en fonction des attentes et besoins des personnes.

 

            Article 2 : Conception

                        L’animation en gérontologie est un ensemble coordonné d’actions diverses et adaptées, en lien avec le vécu des personnes âgées.

                        Elle vise une réponse aux attentes et aux besoins des personnes âgées, en vue du maintien, du développement de leur vie relationnelle, sociale et culturelle.

                        Elle se situe dans une perspective d’accomplissement de l’Etre Humain dans le respect de ses capacités et l’expression de ses aspirations.

                        Elle cherche la mise en commun avec les différentes approches. Elle s’évalue par la mesure des écarts entre les attentes de la personne, les objectifs fixés et l’action réalisée.

 

            Article 3 : Le projet d’animation

                        Le projet d’animation est validé dans le cadre institutionnel et s’articule avec les autres projets.

                        Il s’intègre au projet de vie, en précise les points forts et prioritaires, arrêtés par l’institution. Il est garant de l’écoute des demandes et s’adapte aux attentes évolutives des personnes.

                        Il est élaboré avec les adultes âgés eux-mêmes, en fonction de leurs capacités, et avec tous les partenaires, dans une démarche participative.

 

 

Chapitre 2 : Les apports de l’animation sociale

 

            Article 4 : Répondre à des situations multiples, respecter les différences

                        L’animation en gérontologie, s’appuyant sur le respect de la personne âgée et la reconnaissance de l’apport de chacun à la vie sociale, s’adresse à toutes les personnes âgées quelles que soient leurs possibilités et leur autonomie. Cette approche se veut transversale impliquant l’avis de tous les acteurs proches ou concernés.

                        Sa méthodologie garantit une approche adaptée.

            Article 5 : Recherche, connaissance et respect des attentes de la personne

                        L’animation en gérontologie s’appuie sur les moyens d’investigation partant des attentes des personnes dans une éthique préservant le respect de la vie personnelle.

                        Ses apports sont formalisés par la personnalisation des pratiques, dans le respect des demandes des personnes, des lois en vigueur et de la liberté de chacun.

 

            Article 6 : Vie sociale des personnes âgées : démarche et méthodologie

                        Le projet d’animation comprend :

  • la mise en œuvre des réponses aux attentes,
  • le développement de la vie relationnelle, sociale et culturelle des personnes 
  • l’incitation à des projets permettant une vie sociale.

                       

            Les objectifs de l’animation visent la satisfaction des attentes des personnes âgées, le plaisir et les sensations souhaités, l’exercice des rôles sociaux et leur valorisation.

                        Le maintien et le développement de l’autonomie sociale passent par une approche active et citoyenne visant le maintien de l’insertion, où l’apport de chacun est moteur.

                        L’autonomie sociale, en interaction avec les capacités physiques et psychiques, passe par le respect des valeurs, tout en évitant la mise en échec.

 

Chapitre 3 : Les acteurs, l’animateur, les interactions

 

            Article 7 : Engagement de tous les acteurs dans une démarche interprofessionnelle.

                        Tous les acteurs de l’animation ont pour finalité de faciliter l’autonomie sociale de l’adulte âgée et sa participation à la vie sociale.

                        L’animation en gérontologie est contributive d’une approche globale de l’adulte âgé, et fait référence à toutes les disciplines.

                        Elle favorise une réflexion globale sur les rôles des adultes âgés eux-mêmes, l’implication de tous les aidants dans une coopération construite, par une démarche participative autour d’un projet d’animation.

                        L’animateur intervient au sein d’une équipe interprofessionnelle, dont il reconnaît la complémentarité. Il communique dans la transparence et en fonction  d’objectifs définis.

 

            Article 8 : Spécificités de l’animateur

                        L’animateur communique de façon adaptée et compréhensible par tous, pour développer la participation et la coopération de chacun. Il acquiert les méthodologies par des formations adaptées, qualifiantes, « professionnalisantes ».

                        Son statut est lié à des compétences professionnelles validées et reconnues. Plusieurs niveaux de qualification sont nécessaires pour répondre à tous les besoins. Le niveau minimum d’intervention en autonomie est celui du BPJEPS[1] « animation sociale ».

                        L’équipe d’animation se construit autour d’un projet d’animation et de ses acteurs (personnels, familles, bénévoles, proches, aidants, partenaires, …). Leur intervention en animation s’effectue en référence au projet d’animation et sous la responsabilité de l’animateur.

                        La responsabilité de l’animateur se situe dans l’intérêt de l’animation telle que définie dans les articles précédents, et dans la limite où la sécurité pour la personne âgée la pratiquant est assurée.

                        L’animateur est garant du projet d’animation, de son application, compte tenu des moyens dont il dispose, sous l’autorité du directeur de l’institution, établissement ou service d’aide.

                        Il est garant de la liberté individuelle, du droit d’expression de chacun et du fonctionnement démocratique du groupe. Il est tenu au secret professionnel et au respect des confidentialités.

 

            Article 9 : Fonctions de l’animateur social

                        L’animateur construit, prépare, réalise et évalue les actions d’animation dont il a la responsabilité.

                        Il recueille les informations et communique aux autres professionnels ou intervenants les connaissances qu’il a, dans les limites de la confidentialité, et dans la recherche de la meilleure réponse à la personne âgée. Le partage d’informations avec l’ensemble de l’équipe permet d’évaluer les risques, et de fixer les conditions de réalisation.

                        L’animateur a un rôle de médiation dans les pratiques centrées sur les attentes et choix de la personne âgée.

                        Il est autonome pour prendre toute décision en matière d’animation dès lors que le projet d’animation a été validé par la direction, et après information à tous les acteurs, sous réserve de la sécurité et sous l’autorité de la direction.

 

Il diffuse les informations dans les limites de l’exercice de son métier.

                        Il organise le recueil des attentes, il analyse des situations et les coordinations sur l’animation, pour garantir des pratiques d’animation éthiques et respectueuses des personnes.

                        Il peut remplir des missions spécifiques (dynamisation des équipes, information, gestion, formation…), dans une participation à une culture gérontologique partagée.


Annexe 2

Exemple de fiche animation

ATELIER CUISINE

            Cet atelier est déjà mené au sein de l’unité Alzheimer et obtient un certain succès. C’est pourquoi, avec l’accord de la direction, nous le proposons à l’ensemble des résidants de la maison de retraite.

         Il est l’occasion d’un partage, d’une communication autant entre les résidants qu’entre les résidants et le personnel.

            Il permet d’intégrer une nouvelle activité au programme d’animation, et peut intéresser un autre public que celui déjà habitué aux animations quotidiennes.

 

            Quelques intérêts de l’atelier cuisine :

 

         -Se mouvoir et maintenir une bonne posture : Travail de la motricité fine (couper), se déplacer dans le lieu d’activité.

 

            -S’occuper en vue de se réaliser : Se sentir utile (partage d’un dessert avec les autres), se sentir capable de réaliser quelque chose.

 

            -Communiquer : Stimulation de tous les sens, vie de groupe, rapports différents avec le personnel.

 

            -Etre propre et soigné : Nécessité d’hygiène dans une cuisine, incitation à plus de soins de la part des résidants avant et après l’activité.

 

            -Apprendre : Stimulation de la mémoire, concentration.

 

            -Se divertir : Ambiance détendue, convivialité.

 

            -Eviter les dangers : Obligation de se reconcentrer sur des gestes simples (pour ne pas se brûler par exemple)

           

            -Activer le processus du plaisir :

 

            -Retrouver les gestes d’autrefois :

 

            Déroulement :

 

            Il a lieu à l’unité Alzheimer afin de dédramatiser l’image de la personne atteinte de cette maladie. Il est encadré par une animatrice et un soignant.

 

            Planification :

 

            L’atelier cuisine est proposé une fois par mois.

            Evaluation :

            Elle sera basée sur le comportement et la participation du résident.

 

 



[1]