E.H.P.A.D
Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes.

 Imprimer cette page


Introduction

 

                Le vieillissement de la population est un fait marqué dans les pays occidentaux, augmentant les pathologies neurodégénératives ainsi que leurs accompagnements professionnalisés en institution. Dans ce contexte, promouvoir le bien-être et l’autonomie physique et psychologique de la personne âgée est primordial, afin d’améliorer l’accompagnement pour une meilleure qualité de vie des personnes psychiquement dépendantes.

En Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD), l’accompagnement des personnes atteintes de maladie d’Alzheimer et/ou démences apparentées est difficile car ces résidants doivent souvent faire face à des situations qui les rendent vulnérables au quotidien : troubles du comportement (apathie, agressivité, agitation, errance), incompréhension, sentiments d’anxiété et d’insécurité, difficulté d’expression, etc.

Pour ces personnes, une unité de soin spécifique permet d’apporter à chacun une autre approche personnalisée et  adaptée à leurs besoins. En effet, le personnel, formé à cet accompagnement, y est attentif et apporte une présence adaptée à chacun.

Ce contexte singulier et porteur permet un accompagnement pertinent.

Ainsi, le projet de vie et de soin de cette unité doit être inscrit dans la continuité du projet de l’établissement.

 

1)     Les objectifs relatifs à l’ouverture de l’unité Alzheimer:

 

L’unité, baptisée les Valérianes, offre des prestations complémentaires de celles déjà mises en application par l’établissement lui-même.

L’unité accueille des personnes souffrant d’une démence type Alzheimer ou d’une maladie apparentée, compliquée de symptômes psycho-comportementaux. Ces symptômes altèrent la sécurité et la qualité de vie de la personne elle-même, des autres résidants provenant de l’unité d’hébergement de l’établissement et des aidants si la personne réside à domicile.

L’unité doit permettre aux personnes accueillies de préserver leur autonomie, de travailler sur le bien-être et la confiance en soi, par le biais d’activités sociales et thérapeutiques. Elle doit leur garantir un environnement sécurisé et stable ainsi que des repères qu’ils soient temporels, spatiaux et sociaux.

Critères nécessaires à la qualification de l’unité Alzheimer :

-         Accueil d’une population ciblée à savoir des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une démence apparentée, ayant des troubles du comportement associés.

-         Conception d’un environnement architectural sécurisé, adapté et identifié par rapport au reste de la structure.

-         Elaboration d’un projet de soin spécifique et de projets de vie personnalisés.

-         Participation des familles et des proches.

-         Présence d’un personnel formé, qualifié et exprimant la volonté d’exercer auprès de cette population.

 

2)     Un environnement architectural adapté :

 

L’environnement architectural est le support du projet d’activité et de soin. La conception architecturale doit donc favoriser un environnement convivial et non institutionnel, de façon à protéger le bien-être émotionnel, réduire l’agitation des résidants. Nous devons également  tenir compte de la nécessité de créer un environnement qui ne produise pas de surstimulations sensorielles, pouvant être génératrices de troubles psycho-comportementaux.

Nous souhaitons maintenir le résidant dans un cadre de vie proche de son domicile en créant un environnement chaleureux, familial, simple et fonctionnel, dans le but d’atténuer l’appréhension et les difficultés de chacun. Pour ce faire, le mobilier commun devra être choisi selon des critères traditionnels et générationnels, afin de s’éloigner le plus possible de l’univers médicalisé. Les murs de l’unité sont bleu pâle, une couleur pastelle qui se veut apaisante. Les sols sont anti-dérapants afin de permettre aux résidants de déambuler, tout en limitant les risques de chutes.

Actuellement, l’unité est dotée de différents espaces structurés de manière à respecter les habitudes de vie de chaque résidant :

-         L’entrée : C’est un espace de transition qui doit faire l’objet d’une attention particulière afin d’être sécurisé, tout en évitant les situations anxiogènes.

-         L’espace d’hébergement, desservi par un couloir  permettant de délimiter les lieux de vie privée des lieux d’espaces communs : La chambre est un espace privé devant faciliter les relations entre le résidant et sa famille. Elle est accessible et permet une circulation aisée du résidant. De plus, les résidants ont la possibilité de meubler leur chambre avec leur propre mobilier afin de préserver une atmosphère familière.

-         Les espaces communs doivent être le support de la vie sociale :

① Nous disposons d’un espace repas avec office.

② Nous disposons d’un espace salon agrémenté de fauteuils afin que les résidants puissent se reposer.

③ Nous disposons d’un espace d’activités permettant aux résidants de bénéficier de stimulations individuelles ou collectives.

-         Le jardin : Considéré comme un espace de vie à part entière, le jardin fait l’objet de projets à court et moyen termes.

①Dans un premier temps, en raison d’une surface pentue, un aménagement du terrain est nécessaire afin de pallier les risques de chute des personnes.

②Dans un second temps, cet espace sera réaménagé afin de créer un support d’activités (temporelles, sensorielles, etc.) et de détente.

-         Les locaux nécessaires au fonctionnement de l’unité.

 

 

3)     Un projet de vie spécifique :

 

L’accueil des résidants se veut chaleureux. Dès leur arrivée en unité Alzheimer, un projet de vie personnalisé tenant compte de leurs habitudes est mis en place. L’équipe pluridisciplinaire (Médecin coordonateur, psychologue, IDE, AMP, aides-soignantes, animateurs…) fonde son action sur un projet global spécifique ayant comme priorité le « prendre soin », établit conjointement et en accord avec la direction.

L’équipe d’accompagnement agit selon différents buts :

-         Accompagner de manière spécialisée et adaptée, que ce soit au travers de l’architecture et l’organisation de l’unité, les personnes souffrant d’une démence type Alzheimer.

-         Respecter les rythmes individuels de chacun tout en veillant à leur bien être psychique et physique, ainsi qu’au respect de leur dignité.

-         L’unité est un lieu de vie où l’on optimise le bien-être de chacun  au quotidien.

-         Elaborer une dynamique d’activités et d’animations, dans lesquelles les résidants ainsi que leur famille pourront participer, s’approprier ces temps et garantir l’épanouissement des personnes au sein de l’unité.

-         Introduire des équipements évolutifs prenant en compte le vieillissement de la personne (jardin et cuisine aménagés, salle snoezelen, etc.).

-         Etablir un relais permanent entre le résidant, sa famille, son médecin traitant, afin de garantir un suivi personnalisé de la personne.

 

1.3) Les critères d’entrée et de sortie de l’unité:

 

Les conditions d’entrée et de sortie de l’unité sont notifiées dans le contrat de séjour. Les familles et les résidants sont obligatoirement informés de ces critères. 

L’admission :

-         Le consentement de la personne accueillie ainsi que de sa famille a été activement recherché.

-         L’entretien est obligatoire, regroupant le médecin coordonateur, la psychologue, l’infirmier coordinateur ainsi que le futur résidant et son accompagnateur (membre de la famille ou proche). Il se présente sous forme d’une évaluation ou seront effectués un bilan biologique mais également un bilan neuropsychologique.

-         Après consultation de l’équipe pluridisciplinaire, c’est le directeur qui prononce l’admission du résidant.

-         Le diagnostic de la pathologie doit être posé au préalable et son annonce faite. Le traitement doit être à jour, en lien avec le médecin traitant.

-         L’unité est exclusivement dédiée à des personnes atteintes de démence type Alzheimer ou maladies apparentées (maladie à Corps de Lewy, démence vasculaire, …) avec des troubles psycho-comportementaux associés.

-         Les personnes accompagnées au sein de l’unité doivent répondre aux sollicitations et aux stimulations. De leur participation dépend l’équilibre du groupe.

La sortie :

-         Cette unité comporte 15 places dont les bénéfices doivent être apportés au plus grand nombre. Ainsi, les personnes ne répondant plus aux sollicitations, ne tirant plus de bénéfices des activités proposées ni du fonctionnement quotidien, ne pourront plus être accompagnées au sein de l’unité. Il en va de même pour les personnes dont les troubles du comportement ont disparu. Une évaluation sera alors faite par les professionnels afin de réorienter la personne vers une autre perspective de vie.

-         La personne sera dirigée vers le service d’hébergement de l’établissement, en s’assurant de la mise à jour de son histoire de vie et de ses habitudes au quotidien, de ses goûts et des soins qui lui sont administrés afin d’assurer une cohérence dans la continuité de son accompagnement et de son projet de vie.

-         Au niveau pluridisciplinaire, la décision de la sortie d’un résidant doit être consensuelle. Aussi, chaque sortie est étudiée au cas par cas, lors d’une réflexion en équipe : directeur, médecin coordonateur, psychologue, agents de l’unité. Cette décision est également discutée en lien étroit avec la famille du résidant.

-         La décision de sortie de l’unité est irrévocable et non négociable par le résidant, ni par sa famille.

 

2.3) Journée type :

 

            Une journée à l’unité est structurée autour de la vie quotidienne et des activités qui en découlent.

Nous cherchons à promouvoir l’autonomie de la personne, son bien-être, le maintien de ses capacités cognitives et physiques autant que faire se peut. Nous privilégions une ambiance ou la vie collective est source de stimulation et rythme les différents temps de la journée comme la prise des repas, les ateliers d’animation, etc. Ces temps doivent être souples et nous devons tenir compte des désirs et besoins de chacun. Il ne s’agit pas de surstimuler les personnes car cela serait source d’angoisse et de multiplication des troubles du comportement.

Deux soignants accompagnent les résidants tout au long de la journée, ce qui permet une certaine souplesse notamment sur la mise en place d’horaires échelonnés.

6h30-8h : réveil échelonné des résidants, en fonction du rythme de la personne

8h-11h : toilette et douche, gestion incontinence et réfection des lits

10h-11h30 : vaisselle du petit déjeuner, pliage du linge, activité

11h30-12h : préparation de la table, mise du couvert

12h-13h: repas

13h30-14h00: TV, repos

14h-16h: activités

16h-16h30: préparation, goûter

16h30-17h30 : débarrassage, vaisselle, rangement divers de l’unité

17h30-18h30 : temps calme, mise du couvert

18h30-19h30 : repas

19h30-20h30 : coucher

 

3.3) Projet de vie personnalisé:

 

Le projet personnalisé s’inscrit dans la continuité du projet de l’établissement. C’est à dire « le prendre soin » global, articulé par le projet d’animation et le projet de soin personnalisé. Tous les agents sont reliés par ce projet et vont dans son sens. Cela correspond à l’éthique de l’établissement de Neung sur Beuvron.

Composée de 15 places dédiées à un accompagnement spécialisé, l’unité est adaptée tant par son architecture que par son organisation, à l’accueil des personnes souffrant d’une démence type Alzheimer. Afin d’assurer une continuité et une cohérence dans l’accompagnement des résidants, nous élaborons pour chacun d’eux un projet de vie individualisé sous forme d’un dossier. Ce dernier est élaboré en équipe et retrace la biographie de la personne, ses antécédents médicaux, sa pathologie actuelle, le contexte de son entrée, ses habitudes de vie et ses besoins quotidiens.

Le projet de vie est réévalué régulièrement, en équipe,  toujours dans le but d’un accompagnement adapté au résidant. Cette évaluation permet aussi de relever les évènements à signaler à la famille, de la tenir informée de l’évolution de la pathologie de leur proche et de la préparer à une éventuelle sortie de l’unité.

 

            4.3) Projet de soin personnalisé :

 

            Les personnes atteintes de maladie d’Alzheimer conservent des réserves cognitives. Il est important de les reconnaitre et de les développer. Il s’agit de capacités physiques ou d’adaptation, mais aussi des capacités de jugement, une affectivité, une sensibilité.

Le projet soin de l’unité Alzheimer est donc concentré sur l’activité, notamment sur la vie quotidienne des résidants. Les ateliers thérapeutiques (cf. annexe p.12) doivent procurer des moyens d’expression aux résidants. Proposés et gérés par le personnel en fonction des souhaits et besoins des personnes, ces ateliers entretiennent les stimulations cognitives, psychologiques, sociales, physiques et comportementales. De ce fait, nous cherchons à diminuer les états d’agitation ou d’apathie et à améliorer le sentiment de bien-être.

Afin d’assurer des repères spatio-temporels, la journée est structurée autour des activités quotidiennes comme la réfection des lits, le balayage, la mise du couvert, la vaisselle, etc. Ces activités sont bénéfiques car elles font appel à la mémoire procédurale, longtemps conservée malgré l’avancée de la maladie. Les résidants ne sont pas mis en échec, participent à la vie de l’unité, se sentent utiles et valorisés.

Dans le cadre de ce projet, rappelons l’importance des activités courtes et construites, afin d’éviter la surstimulation qui serait anxiogène et vecteur de troubles du comportement. Ces activités font tour à tour appel aux fonctions cognitives et mnésiques (différentes mémoires,  fonctions exécutives), aux praxies (coordination des gestes), à la réminiscence, aux émotions et à  l’imagination. Il est toujours possible aux résidants de l’unité de participer aux activités de l’établissement (yoga, chorale, etc.) et de bénéficier de sorties à l’extérieur de l’institution. Cela contribue au maintien du lien social et entretient le rapport à la nouveauté.

De manière plus large, ce projet tend à ralentir le déclin de l’autonomie tout en maintenant les capacités nécessaires aux actes de la vie quotidienne, à améliorer les troubles du comportement et éradiquer les contentions à la fois physiques et chimiques.

 

 

4)     Un personnel formé, spécialisé, expérimenté :

 

Le personnel est un élément essentiel de l’unité de soin Alzheimer. La formation du personnel permet non plus de subir la pathologie Alzheimer mais de mieux la comprendre et l’accompagner. Le personnel formé sait diminuer les situations pouvant rendre le résidant agressif. Il sait également faire face aux troubles du comportement pendant les repas ou la toilette. La formation permet aussi d'orienter les familles, de les accompagner et de les soutenir.

Pour ce faire, l’équipe se veut pluridisciplinaire et va dans le sens du projet de vie de l’unité. L’équipe de soin privilégie l’accompagnement des résidants à travers le quotidien, inscrivant leur démarche dans une dimension relationnelle, dans l’animation, dans le maintien de l’autonomie et des capacités résiduelles, le travail sur le sentiment d’utilité et l’estime de soi. L’équipe doit être capable de mener une activité et de mener un groupe.

Les interactions au sein de l’équipe de soins sont primordiales. Aussi, médecin, infirmières, aides-soignantes, aides médico-psychologiques, animateurs, psychologue se réunissent régulièrement lors de réunions de coordination ou sont abordés l’ensemble des problèmes spécifiques à ces résidants.

L’équipe est constituée d’une AMP, de 2 Aides soignantes et de 4 ASH.

Les agents travaillent par 2. Le matin, un agent travaille de 6h30 à 13h30 tandis qu’un autre agent travaille de 7h15 à 14h15. L’après-midi et le soir, un agent travaille de 13h30 à 20h30 et un autre agent de 14h à 21h.

L’AMP, AS, ASH : Elles accompagnent au quotidien les résidants de l’unité. Elles s’adaptent à leurs besoins, et participent activement au maintien de leur autonomie. Elles travaillent en liaison avec les autres intervenants de l’équipe pluridisciplinaire ainsi qu’avec les familles des résidants. Elles assurent une cohérence et une continuité du soin à la personne.

L’infirmière référente : Elle est en charge tout à la fois de la bonne mise en œuvre du soin auprès de chaque résidant et travaille en collaboration avec l’équipe de l’unité. Elle a une approche dynamique et relationnelle. Elle est amenée à rencontrer les familles, à les informer et participe aux recrutements et aux admissions des résidants.

La psychologue : Elle contribue au bien-être et à l’autonomie des personnes accueillies que ce soit de manière individuelle ou en groupe, afin d’être à leur écoute, d’analyser les problèmes de comportement et les angoisses, de les valoriser. Elle a également un  rôle de soutien et d’information auprès des familles et des soignants. Elle contribue aux réunions d’information et participe aux admissions des résidants.

Les animateurs : Ils coordonnent l’animation, apportent des conseils aux agents de l’unité, mettent à disposition le matériel nécessaire aux agents qui assurent seuls leurs activités. L’animatrice intervient  un après-midi par semaine au sein de l’unité. L’animateur intervient à partir de 17h pour proposer un moment de détente aux résidants (musique, etc.).

 

Le médecin coordonateur : Il participe pleinement à l’évaluation et à l’expertise médicale,  cognitive et clinique de chaque résidant. Il peut être consulté sur chaque dossier par les équipes et les médecins généralistes concernant les troubles du comportement.

 

 

5)     L’implication des familles :

 

Les personnes atteintes de Démence Type Alzheimer et leurs familles constituent un tout, de sorte que ces dernières doivent bénéficier d’un suivi et être associées à l’accompagnement personnalisé de leurs parents. La maladie d’Alzheimer et les démences apparentées sont des maladies de la famille. Elles vont retentir sur l’état de santé de l’entourage direct du résidant. Dans ce contexte, il est indispensable d’apporter aux familles l’information nécessaire et de pouvoir les soutenir.

L’adhésion de la famille ou de l’entourage proche est toujours activement recherchée par l’équipe soignante de l’unité afin d’aller dans le sens du projet de vie et de soin du résidant. De ce fait, la famille est informée des modalités de l’accompagnement personnalisé du résidant ainsi que de l’évolution de la maladie de leur parent, lors d’entretiens avec les membres de l’équipe. Face aux interrogations, aux angoisses des familles, un temps nécessaire doit leur être consacré.

A l’avenir, une fois par trimestre, nous pourrons organiser autour d’un goûter ou d’un buffet, un moment d’échange et de rencontre entre les familles et les professionnels de l’unité.

 

 

6)     Cahier des charges relatives à l’unité Alzheimer :

 

Certains projets sont en cours de réalisation, d’autres en cours d’élaboration. Ils concernent le devenir de l’unité, s’inscrivent dans un continuum, toujours dans le but d’assurer un accompagnement optimal aux résidants. Ils verront le jour sur le long terme :

-         La formation du personnel : Dans un souci de cohérence et de continuité de l’accompagnement, afin de privilégier et de préserver la cohésion de l’équipe de soin, de toujours s’adapter au résidant et à sa pathologie, afin de donner du sens aux activités et à nos démarches.

-         Les repas thérapeutiques : Le projet est d’instaurer ces repas 2 fois par semaine. Les soignants mangeraient avec les résidants dans le but de les stimuler. Le moment du repas est parfois difficile pour les résidants atteints de DTA. Le fait de s’asseoir avec eux peut limiter les comportements anxiogènes et les comportements d’errance. Le fait de manger en face ou près d’eux favorise les comportements de mimétisme et limite les situations d’échec. 

-         S’approprier les lieux : Apporter aux résidants des repères construits dans l’espace afin de préserver leur autonomie et leur bien-être.

Disposition de claustras qui délimiteront 3 espaces distincts :

①Un espace dédié aux activités

②Un espace dédié au repos 

③Un espace tisanerie et repas. Cet espace tisanerie n’est pas fonctionnel à ce jour. Les résidants ne peuvent pas  y  accéder pour des raisons de sécurité. Aussi nous réfléchissons pour l’avenir à la création d’une tisanerie ouverte à laquelle les résidants auraient accès. Cet accès est primordial notamment pour privilégier les activités de la vie quotidienne (faire et essuyer la vaisselle, faire la cuisine, etc.) et le maintien de l’autonomie.

Le jardin est à ce jour difficile d’accès. Le terrain est en pente ce qui accentue les risques de chutes. L’aménagement du jardin est une priorité afin que les résidants puissent y accéder  et déambuler en toute sécurité. Le projet futur serait d’instaurer un jardin aménagé  qui pourrait être un support aux repères temporels (observation des saisons par exemple) mais aussi permettre des activités sensorielles (l’odorat, l’ouïe, la vue, le toucher).

-         De façon à stimuler les résidants de manière plus sensorielle, nous avons évoqué le projet de monter une salle Snoezelen. Le concept Snoezelen est un accompagnement et non une thérapie. On propose des stimulations sensorielles dans une ambiance rassurante, ainsi que des activités qui ne nécessitent pas d’efforts intellectuels précis. L’environnement est adapté, avec un espace spécialement aménagé s’apparentant à une salle de détente, de relaxation et de découverte. Les séances visent à créer une émotion par les sens. Elles tendent vers une amélioration de l’humeur et du comportement et ont un effet calmant et/ou stimulant. Ici, l’accompagnant est observateur du vécu. Il aide à la découverte et peut administrer des petits massages, si la personne y est réceptive. Il ne doit pas être intrusif et doit accepter la personne telle qu’elle est.

 Conclusion

 

L’accompagnement vécu dans l’unité Alzheimer depuis janvier 2009 permet une base de fondation d’un projet de vie personnalisé pour l’ensemble des résidants (cf. loi 2002-2).

Dans ce contexte, il est primordial de considérer un épanouissement possible dans le vieillissement et cela malgré les diminutions physiques et mentales.

Notons que de nombreux exemples permettent d’affirmer que l’aide apportée aux personnes ne devrait pas être une action subtilisée à ces dernières mais perçue comme un soutien. L’accompagnement personnalisé proposé par l’équipe en unité Alzheimer contribue à une source importante de motivation dans le maintien des capacités fonctionnelles, intellectuelles et sociales des personnes accueillies.

Toujours dans le but de garantir un accompagnement et des pratiques professionnelles de qualité, nous travaillons actuellement en équipe sur plusieurs axes :

-         La mise en place des projets de soins personnalisés.

-         L’élaboration d’un projet d’animation et l’appropriation des lieux.

-         La communication et l’implication des familles.

-         La formation des professionnels.

 

Aujourd’hui, les unités de soin Alzheimer correspondent à des éléments importants dans la lutte contre la maladie et constituent un lieu privilégié permettant à la fois une activité de soins, d’enseignement et de recherche. Bien entendu, l’unité Alzheimer ne permet pas de guérir de la maladie d’Alzheimer, ni d’en stopper l’évolution. Ici, nous privilégions un accompagnement au travers des actes essentiels de la vie quotidienne, au travers de la vie sociale, au travers de l’histoire et de la place de chacun, en privilégiant l’intégrité, la sérénité et la dignité des personnes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ANNEXE

 

Ceci est un exemple de ce que nous proposons aux résidants de l’unité. Ce planning mensuel a été élaboré par les agents de l’unité.

 

PLANNING ANIMATIONS VALERIANNE – NOVEMBRE

LUNDI 2

 DECOS HALLOWEEN

 

MARDI 3

CUISINE

 

MERCREDI 4

JEUX DE SOCIETE

 

JEUDI 5

LOTO

 

VENDREDI 6

MASSAGE

 

SAMEDI 7

GYM

 

DIMANCHE 8

CINEMA

 

LUNDI 9

JEUX

 

MARDI 10

CHANT/MESSE

 

MERCREDI 11

DECORATIONS DE NOEL

 

JEUDI 12

CUISINE

 

VENDREDI 13

DECORATIONS DE NOEL

 

SAMEDI14

JEUX

 

DIMANCHE 15

CHANT/MUSIQUE

 

LUNDI 16

JEUX DE BALLON

 

MARDI 17

GYM

 

MERCREDI 18

LOTO

 

JEUDI 19

MASSAGE

 

VENDREDI 20

CHORALE

 

SAMEDI 21

DECORATIONS

 

DIMANCHE 22

THE DANSANT/MUSIQUE

 

LUNDI 23

GYM DOUCE

 

MARDI 24

LECTURE

 

MERCREDI 25

ATELIER CUISINE

 

JEUDI 26

A NNIVERSAIRES

 

VENDREDI 27

DECORATIONS DE NOEL

 

SAMEDI 28

DECORATIONS DE NOEL

 

DIMANCHE 29

CINEMA

 

LUNDI 30

MASSAGE